Note lecture

Note lecture

Nous avons lu, nous avons aimé (le plus souvent), nous vous parlons de livres. Nous espérons que vous aimerez à votre tour.

Joseph KESSEL – Ami, entends-tu…

Propos recueillis par Jean-Marie BARON

Quand on naît en Argentine puis que l’on passe son enfance dans l’Oural, la vie a déjà pour certains un petit air d’aventure. «La Pampa, les chevaux indomptés, les gauchos, les barbecues de bœufs entiers, l’enlèvement des filles.» Puis Nice et la Côte d’Azur, puis la capitale et les premiers papiers de journaliste. Des papiers « d’atmosphère » mal payés, e attendant les grands reportages à venir et dont Kessel fera l’une de ses spécialités.

Ces dialogues de Kessel avec le jeune journaliste qui l’écoute balayent toute la vie du reporter. Retenons quelques rencontres marquantes, parmi d’autres. La rencontre avec Henri de Monfreid, l’homme qui a permis d’incroyables aventures sur des mers orientales, sur des embarcations à voiles dont l’une, «petite et carrée, sert uniquement à fuir devant la tempête, et qu’on appelle la fortune carrée.» La rencontre avec les Tziganes, de leurs musique, de leurs chansons à la fois poétiques et violentes, et avec qui «il n’était pas possible de rester sobre.» Les nuits de fête à Paris dans les cabarets russes, avec force vodka, avec le fils de Tolstoï ou d’autres mois célèbres.

Kessel, qui avoue avoir longtemps obéit à ses instincts, à ses désirs, de façon parfois excessive, qui reconnaît avoir abusé du jeu, de l’alcool, des drogues, résume ainsi la (sa) vie: c’est un peu «les hasards, les rencontres, les absurdités, les drames, les espoirs.» Ce recueil de textes permet de faire le tour de cette vie passionnante faite de voyages, de rencontres, d’aventures, des plus futiles aux plus risquées.

«Se dit poète…» c’est la mention qui figurait sur sa fiche détenue par les Renseignements généraux. On peut trouver plus banal, plus commun.

Joseph KESSEL – Vent de sable

«Je m’attache moins à peindre les régions désertes et monotones vues d’une carlingue et les terrains arides où s’est posé notre avion que les hommes qui les survolent d’un cœur franc et joyeux.» Dans Vent de sable, écrit à la suite du voyage qu’il fit sur la ligne Toulouse – Casablanca – Dakar, ligne mythique ouverte en juin 2005, Kessel raconte les pionniers de l’aviation civile – dont Mermoz et Saint-Exupéry – et les prodiges quotidiens dans le noble but de transporter le courier. L’Aéropostale.

L’Aéropostale. Trente six heures de Toulouse à Dakar. L’Amérique du Sud en huit jours. Un vol intercontinental initié par Latécoère. Difficile à imaginer aujourd’hui. Et pourtant. «Le vertige de la vitesse, le sens du danger»; danger des atterrissages forcés dans des zones désertiques où règnent les Maures et ou la vie ne vaut pas toujours une rançon; danger des disparition dans la brume et en mer, où la vie n’est plus qu’un souvenir pour les autres pilotes. Et pourtant la magie. «L’élan terrible du moteur… la terre qui vous abandonne, vous libère, s’aplanit, s’élargit, devient une carte…»

Kessel raconte aussi les moments d’hommes de ces aviateurs, qu’il compare aux soldats du front. Liberté d’allure et d’esprit. « Leur travail périlleux achevé, ils étaient net de tout souci hors celui de s’amuser.» Les boites de nuit de Casablanca; Agadir et son quartier réservé. Puis il faut repartir, vers le sud, le fort blanc de Rio de Oro, ou vers le ord, d’étape en étape, longer la côte, ou survoler le Bled. Avec le ciel bleu ou la tempête de sable. Selon les jours. Mais toujours livrer le courrier. Un passionnant roman d’aventure, et des portraits, dont celui de Mimile, ou Emile Lécrivain, l’un des héros de cette aventure.

Olivier WEBER – Kessel, le nomade éternel

Le point de vue de l’auteur: «Les sentiments en bataille qui parcourent les livres de Joseph Kessel ne sont que le reflet d’une âme chavirée, mais qui demeure d’abord un cœur pur, où l’amitié des hommes compte autant que le goût du baroud. Plus que reporter au long cours, chantre de la grandeur humaine, il fut chroniqueur du monde, dans le fracas des guerres et le tourment des sentiments. Conteur des steppes, Jef, ainsi que le surnomment ses amis, reste un témoin parmi les hommes, un marcheur dans le siècle traversé avec passion, un compagnon des aventures les plus improbables, un coureur d’horizons qui en aurait trop vu, un chantre de la souffrance et du bonheur des êtres, quels qu’ils soient.» Olivier Weber

Pour lire ou relire Joseph Kessel

Les Cavaliers

Kessel a situé en Afghanistan une des aventures les plus belles et les plus féroces qu’il nous ait contées. Les personnages atteignent une dimension épique. Gallimard Folio.

Vent de sable

Ce récit a été écrit à la suite du voyage que fit Kessel avec Émile Lécrivain sur la ligne Toulouse -Casablanca -Dakar. Lécrivain était le plus ancien pilote de cette ligne qu’il avait ouverte officiellement le 1er juin 1925. Casablanca et ses boîtes de nuit, Agadir et son quartier réservé, le fort Juby et le pénitencier militaire, Villa Cisneros et sa garnison espagnole sont les différentes étapes de ce raid. Gallimard Folio. Note de lecture ci-dessus.

Fortune carrée

C’est en 1931 que Kessel entreprit la rédaction de ce qui devait être un de ses plus beaux romans. L’idée de Fortune carrée lui vint sur le plateau volcanique de Sanaa. Un récit fulgurant qui s’inspire de la vie du grand voyageur que fut Kessel et de ses rencontres avec de fabuleux personnages, dont Monfreid, mais aussi le sergent Hussein ou encore Gouri, le tueur aux bracelets de peau humaine. Un roman d’aventures épique et vrai. Pocket.

Joseph Kessel ou Sur la piste du lion

La biographie de Yves COURRIÈRE, Joseph Kessel ou Sur la piste du lion, est toujours disponible, chez Plon.